Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 19:56

14 Novembre 2011. Travaux.

 P1090134.JPG

( 20 011 )

 

Quand on sort de l’aéroport Toussaint Louverture, en travaux, sous le bruit des marteaux piqueurs et des tractopelles,  on découvre immédiatement les grands panneaux publicitaires vantant la reconstruction du pays. Rebâtissons !

 

La nation se relève, les camions de ciment bloquent le trafic, les fabriques de blocs tournent à plein régime.

 

Des organisations internationales s’obstinent pourtant encore à transporter des chargements d’abris « provisoires » en bois de Suisse, du Québec ou d’ailleurs sur des antiques semi-remorques crachant leurs entrailles dans des nuages de fumée noire..

 

Il reste des tentes, cabanons de bâches usées et rapiécées, juste à la sortie de l’aéroport, comme pour bien montrer la situation actuelle aux arrivants. Le regard est triste et semble dire : nous sommes là, encore…

 

Les habitants, déplacés ou sans abri attendent une solution providentielle.

Un quelconque ancien président américain qui viendrait, d’un coup d’aile, leur offrir une maison tout confort dans un lotissement de rêve.

 

Clinton est passé, Carter est passé. Et sont allés inaugurer plus loin.

 

Mais le mouvement existe. Des quartiers reprennent des couleurs.

 

Le dimanche, la vie semble presque normale. Deux cyclistes montent et descendent, en tenue de course, sur leur vélo de course, la route de Jacmel. A peine suant, à peine soufflant.

 

Les plages sont vivantes. Enfin pas toutes. Il en reste une, déserte, à deux pas d’ici.

 

Des restaurants, des boulangeries, des galeries, des vendeurs de matériel ouvrent leurs portes.

 

Natcom est en rupture de clés 3G.

 

Une réplique, ce matin à Petit Goâve rappelle que le monstre ne dort pas.

 

Au Bicentenaire, les cohortes de travailleurs refont les égouts. Et sur la route de rails, le bitume a enfin remplacé les trous et la poussière.

 

 

Mais le changement se voit plus haut.

 

Pour la première fois, j’ai traversé la Place Saint Pierre à Pétionville.

Des vieux sont assis sur les bancs, des enfants font de la roue arrière sur leurs vélos, les jardins sont presque verts.

 

Pour la première fois, les tentes grises ont disparu de cette place-jardin.

 

Pour la première fois, j’ai marché près de la statue d’Alexandre Pétion, héros du pays.

 

Il ne reste que la fontaine à mettre en eau.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

FLAMANT 21/11/2011 16:52

Une bouffée d'espoir dans votre message

Merci
Marie

planete-haiti 25/11/2011 12:00



Merci pour votre  message. Mais il en reste du chemein à parcourir



Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche