Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 22:18

21 JUILLET 2012. Transhumance.

 

L'été est bien avancé.

C'est le temps des retours, des transhumances.

L'aéroport de Port au Prince est encore plus fébrile que d'habitude.

La salle des bagages est proche du cataclysme majeur chaque jour. Un seul tapis transporte en vrac les valises et malettes diverses. Et tous les vols arrivent en même temps.

Je suis assis depuis des heures.  J'écoute les commentaires.  Tout le monde reconstruit Haïti en général et l'aéroport en particulier. Il faudrait ci, ou ça. Paroles... Je suis sûr que ce sera pareil la prochaine fois.

Air Caraibes est, comme toujours, en retard.

J'ai largement le temps de regarder passer les gens.

 

Des choses ont changé depuis 25 ans: le voyage international est pour beaucoup devenu une routine. Les valises sont plus petites qu'avant : les voyageurs n'attendent plus des années avant de rentrer au pays.

Toute cette génération est devenue mobile. On prend l'avion comme on prenait le bus.

Ils ne prennent plus le vieux canot pourri comme Escaniè pour aller à Miami. Voyageurs clandestins, trempés et tétanisés par la traversée interminable.

American ou Delta,  et en peu de temps ils sont chez eux. Là bas ou ici ? D'où sont ils maintenant ? Port au Prince, Jacmel ou New York ?

 

L'été se superposent les transhumances.

 

Les exilés de la disapora rentrent pour les vacances : de Miami, Boston, Orly, New York, Montréal, ceux-là reviennent avec l'assurance de ceux qui ont eu de la chance d'y arriver.

Coiffures et vêtements chics, dédain hautain dans le regard. Le strass dans les vestes des femmes. Il faut briller en rentrant. Et celle-ci qui se tord les pieds sur ses hauts talons. Du clinquant, du visible. Les tshirt  " I LOVE ... " et on retrouve à  la suite  les villes du monde, en commençant par NY.

Ils viennent prendre l'air du pays. Et faire la tournée des plages. Se réchauffer au son du compas.

S'installent à Raymond-les-Bains pour l'après midi du dimanche et s'envoient des mélanges osés: whisky- toro, benedicta-rhum, ragaman-rhum... Tout ce beau monde va reprendre la route...

 

Et d'autres retours aussi :  on rentre de la ville pour les vacances. Elèves, étudiants rentrent vers leurs foyers ruraux. On cherche la fraîcheur. La chaleur est suffocante dans la ville. Les motos ont fait le plein de jeunes qui passeront l'été à Lamontagne.

 

Avec ce même air de supériorité de ceux qui sont partis. Mais pleins d'ennui, très vite. Pas de courant, pas de télé, pas de gazeuses glacées. On organise des fêtes et des tournois de foot, pour passer le temps.

 

L'été est la saison du mouvement.

 

Port au Prince vibre du retour des diasporas, Jacmel s'agite au passage des Port au Princiens, Lamontagne frétille du mouvement des Jacméliens...

 

Et le paysan, resté chez lui sur son lopin arride, attend que la poussière retombe. Moi, je suis assis à côté de lui.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche