Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 22:43

24 Septembre 2010. LE MARIAGE DE MANU.

 

J’ai été invité au mariage de Manu et de Mamoune, vendredi.

 

Vous ne les connaissez pas ?

 

Quand j’ai appris qu’il m’invitait avec beaucoup d’insistance, j’ai été un peu surpris.

Je ne connais pas de Manu à Jacmel.

Et encore moins de Mamoune…

 

Vendredi Doudouche, (le chauffeur, pour les nouveaux, )  me parle du type que nous avions  transporté à la fête de La Montagne, et qui avait de gros problèmes dans la montée.

 

Vous vous souvenez : ( VOIR : LA FÊTE 1 ÈRE PARTIE , 5 ET 6 JUILLET)

 

« Au milieu de la pente, trois hommes, une roue de secours, un énorme baffle , pas de machine à l’horizon.  En général, je ne donne jamais de « roue libre » ( auto-stop).

Là c’est tellement étonnant que je m’arrête.

C’est un groupe de dominicains, (de Saint Domingue), qui vont faire les DJ à la fête. Je les invite à monter à l’arrière du Pick-Up. Au moins, il y aura de la musique. Et puis, ils m’inviteront, tout à l’heure à venir dans leur programme. (l’enclos où ils feront leur musique).

 

 

P1000883.JPG

 

En fait, Manu, c’est l’un des trois, avec la casquette, sur cette photo de la Fête.

On s’est salué, de temps en temps, en ville. Il est resté à Jacmel , et les hasards nous ont amenés à nous croiser. Oh, à peine, un salut de loin, un grand sourire. Sans plus.

Et quand il rencontre Doudouche dans la voiture vendredi, il lui fait des grands signes, le stoppe, et le presse à toutes forces à m’emmener à son mariage qui a lieu … le soir.

 

Je dis OK. Il a l’air d’y tenir.

 

Puis la journée, longue et dure à La Montagne me fait un peu oublier cet accord.

Au retour, une énorme pluie, du vent.

Des conditions dantesques (il y aurait eu 5 morts à Port au Prince.)

 

La pluie sur cette route de Montagne, c’est un moment de terrible stress. J’ai eu un peu peur.

Et puis, arrivés en bas, va –t’on pouvoir traverser ?

L’eau monte très vite.

 

Retour long, pesant,  mais sans graves évènements vers Jacmel.

Ça passe… Par un grand détour. Mais on doit être les seuls à avoir été assez fous pour faire la route sous cette pluie.

 

Et, à l‘arrivée,  l’invitation me revient en tête.

 

En fait Doudouche n’avait pas tout compris du créole hésitant de Manu. Mariage, fiançailles ?

 

Mais j’ai dit : «  on y va ». Donc, on y va.  

 

Je pensais une grande fête, une grande famille, un monde fou où on pourrait se mêler à la foule pour passer inaperçu et partir vite.

Devant la maison, pas de voitures garées. Sommes nous arrivés trop tôt ?

 

On nous attend. Manu est à la porte. costume rayé à la mafioso – quoique j’ai vu des banquiers avec le même – un peu comme dans Borsalino.

Avec sa future femme.

Et sa famille.

 

En fait, c’est moi qu’ils attendent…

 

Mon ami, mon grand ami.

Je ne sais toujours pas son prénom, à ce moment là…

Accolades chaleureuses.

 

A peine arrivé, les festivités commencent.

 

Assis près du couple. Elle jeune fille, émue, belle.

Lui, déjà un peu éméché.

Les parents.  Un peu âgés. Bourgeoisie moyenne. En fait ce ne sont pas les vrais  parents, mais le couple qui comme beaucoup d’haïtiens, a pris chez lui  des enfants, orphelins ou non, pour les élever.

On appelle ces enfants des «  RESTAVEK » ( reste avec )

 

Quand tout se passe bien, comme ici, ils sont presque adoptés, éduqués, suivis, aimés. Bon, en fait, les « parents » habitent Miami.  Et le mariage a été précipité car ils repartent dimanche.

 

Je repense à Sources Chaudes, chez « Ma Tante », mamma qui avait chez elle les belles Tatoune, Masilia, Rosemita et d’autres qui ont fait leur chemin

Quand cela ne se passe pas bien, ces enfants sont tout simplement des esclaves au service de la famille.

 

Là, Mamoune a l’air heureuse.

Manu est rayonnant, frétillant.

 

Puis, au milieu de la famille, je me retrouve l’invité d’honneur. Assis avec le couple dans le sofa du salon. Photos…

 

L’officier d’état civil arrive, et commence la cérémonie dans le salon, costume de circonstance et chapeau mou vissé sur la tête.

 

Le témoin est l’ancien délégué (un peu comme un préfet en France : le représentant du gouvernement dans le département)

La « mère » est l’autre témoin.

 

Manu – j’apprends enfin comment il s’appelle quand l’officier énonce les états-civils -  jure qu’il sera fidèle et qu’il aimera Mamoune jusqu’à la mort.

J’ai un doute.

Il répond «  si señor » aux questions de l’officier.

Après l’alliance, Mamoune pleure.

Ils s’embrassent, sourient… Je n’ai pas pris mon appareil photo. Erreur fatale. L’ambiance est douce.

 

Puis, Champagne, discours du délégué.

 

Et signatures.

 

On me tend le stylo…

 

Je suis donc signataire du mariage de Manu et Mamoune, le 24 septembre 2010, à 19h30, à Jacmel, Haïti.

 

Mais je ne suis garant de rien.

 

En tout, nous étions quinze, avec l’officier d’état-civil.

 

Un repas rapide, des boissons, et le Manu, DJ de profession, crooner latino aussi , se lance.

Musique. Il chante bien.

Doudouche est aux anges.

On danse un peu.

Lui bien, même très bien. Il fait très danseur de salon.

Moi, je danse à ma façon. Hum.

Il va falloir vraiment que je prenne des leçons. Je ne vais quand même pas rester assis, quand il y a cette musique caraïbe qui ferait même bouger les statues.

 

Voilà donc une nouvelle page du : tout peut arriver.

 

En rentrant, je demande à Doudouche ce qu’il pense des serments de Manu.

Il est mort de rire : Manu a une autre femme à Jacmel, et une famille à Saint Domingue. Doudouche a fait son enquête pendant la soirée.

 

Le pire pour Manu, sera la suite : Doudouche, pensant bien faire, a appelé son pote de la radio pendant la fête. Le mariage de Manu et de Mamoune a été annoncé sur les ondes. Avec les félicitations de l’animateur. Manu n’avait pas l’air content…

Ses autres conquêtes vont lui mener une vie d’enfer.

 

Mamoune avait l’air heureuse.

Peut être de pouvoir aller maintenant à Saint Domingue quand elle voudra, avec son mari, sans blocage à la frontière.

 

 

   PENSEZ À LIRE RÉGULIÈREMENT LES  BLOGS RICHES ET PASSIONNANTS  EN CLIQUANT LES "LINK" SUIVANTS :

link " DÉBRIS D'HAÏTI"

link " POUR NE PAS OUBLIER"

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

gisele 26/09/2010 19:04


Et voilà comment Mamoune est devenue "femme jardin"....


planete-haiti 26/09/2010 22:46



Oui, mais elle connaît Manu depuis plus de deux ans. Elle savait donc parfaitement ce qui l'attendait ... Bon c'est pas une excuse, mais je crois qu'elle voulait vraiment ce mariage pour avoir
des papiers dominicains, et fuir Haiti.



Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche