Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 21:49

18 SEPTEMBRE 2010. LE COMMANDANT A LA MAIN VERTE.

 P1020863.JPG

Nous avons 18 500 arbres à planter d’ici fin 2011.

 

Déjà, plus de 10 000 sont prêts, alignés, greffés, choisis.  Ils seront très bientôt distribués.

 

Mais l’idée n’est pas seulement de planter des arbres. Il reste des cimetières de pépinières d’anciens projets, un peu partout, et même à la Montagne. Des sachets vides, crevés.

 

A la réunion préparatoire à la grande distribution, aujourd’hui, une nouvelle venue nous disait :

 

« donnez-moi des arbres, et après quelques mois,  vous serez contents de nous ( ou ap complimanté nou )»

 

Je lui ai répondu qu’il ne fallait pas voir les choses ainsi. Et  que le but n’est surtout pas de nous faire plaisir.

 

J’ai proposé une autre version :

 

« donnez-moi des arbres, et après quelques années, je serai nettement plus riche ( m’ap fè plis kob )

 

L’idée est là : non seulement sauver la terre, mais aussi faire d’autres cultures qui rapportent de l’argent aux paysans. Des cultures, des techniques nouvelles, des méthodes  de conservation et de transformation, et des réseaux de commercialisation.

 

 

Depuis quelques jours tout tourne autour de ça , relancer l’activité par la relance paysanne :

 

Le voyage à Camp Perrin.

La mise en place des distributions d’arbres.

La rentrée scolaire est l’ennemie des arbres.

 

Camp Perrin, pour moi, c’était un retour, encore, sur des lieux d’il y a longtemps. Jean et son atelier-école  qui m’avait dit, il y  a 27 ans, qu’il travaillait pour l’éternité. Je lui ai rappelé cette phrase. Il m’a indiqué que c’est toujours vrai, mais aussi que c’est une lutte de chaque minute.

Mais quand même les ateliers de Camp Perrin ne sont pas seulement une action durable. C’est une œuvre, comme celle d’un auteur. ( www.aecphaiti.org)

Une star qui s’adapte : ils proposent des formations et des outils pour de la construction  anti-sismique aux maçons. Non, ce n’est pas trop tard :  il nous reste un paquet de failles qui n’ont pas encore bougé, dont celle d’Enriquillo, la plus dangereuse, qu’on pensait être responsable du 12 Janvier ( dixit JR Clérismé, membre du CIRH, hier )

 

Avec mes amis d’Opadel, ce voyage a aussi été une découverte.  J’avais le souvenir des superbes tissages des Ateliers de Mousson.

Aujourd’hui, elle a bâti aussi une œuvre. A quitté le tissage, comme mes artisans de Sources Chaudes, et pour les mêmes raisons. Plus de fil … Des arbres greffés se sont alors multipliés, des semences sélectionnées, des fruits parfaits, des idées multiples et leur application. (www.oreworld.org)

 

ORE est une ruche, un complexe où tout est possible.

 

Quand Josette (HAITI FUTUR)  dit que Camp Perrin est le plus bel endroit d’Haïti, on a envie de lui donner raison. Surtout parce que c’est un tissu de compétences qui se croisent, et se permettent, l’un à l’autre, d’avancer.


 

 

P1020829.JPG

 

 

L'exemple ?

 

Le mangues séchées d'ORE.

Des mangues sont produites dans la région , et d’autres endroits du pays pour être exportées. La sélection a été faite par greffage. Et à force de soins, d’éducation et d’attention, 90% des mangues proposées pour l’exportation sont acceptées.  C’est un miracle quand on connaît les conditions calamiteuses du transport et de la logistique ici.

Celles qui sont rejetées, pour des tâches ou défauts d’allure sont découpées et séchées.

ORE de Camp Perrin ( CP) a fait fabriquer  son laboratoire de séchage par l’atelier école de CP, et le sachet est dessiné par une designer de CP.

 

Le développement, comme dit Josette, est une simple question de collaboration ( Tèt ansanm), c’est aussi simple que ça : «  il y a un paquet de gens intéressants dans ce pays et il est essentiel de les mettre en réseau pour faire une "masse critique" .

Plus les mains sont nombreuses et moins lourde est la charge. (Min ampil, chay palou )

 

 

Donc ce voyage à Camp Perrin , avait aussi pour but de montrer à mes développeurs néophytes montagnards que leur énergie et leur persévérance peut les conduire loin. Mais qu’il y aura des obstacles et des jalousies.

Les arbres greffés de Mousson, on les traitait de communistes, au début. Le changement fait toujours peur à quelqu’un.

 

Et, parmi mes amis d’Opadel, Romuald, «  le commandant ».

C’est le spécialiste de la communication. Des discours toujours profonds et pleins de sagesse.

Il est revenu à La Montagne. Une vraie volonté. Une vraie décision.

Il a quitté son poste de commandant de police, ou il était haut placé, pour revenir à la Montagne. Paysan. Un choix, un avenir.

Il y croit, et il entraine les jeunes avec son expérience et son enthousiasme.

 

Et c’est lui, le citadin, le militaire qui, à Camp Perrin,  posait les questions, multipliait les recherches, et les achats d’arbres greffés, les pieds de bambous, récupèrait les graines de tout ce qu’il pouvait.

 

Ecoutait, émerveillé, comme nous,  l’agronome Eliassaint nous raconter les avocats chouquettes et les mangues cœur d’or.

 

Il a trouvé des pieds de cannelle, de carambole, a même acheté des plants de fleurs à l’hôtel.

 

Il reviendra à Camp Perrin, pour le poivre de Mousson … Il a la main verte, le commandant.

 

 

Juste une remarque, mais j’y reviendrai, sur l’école, « ennemie » des arbres.

C’est une provocation, évidemment.

Mais je n’ai jamais vu autant d’arbres coupés, de foyers de charbon de bois, des planches emportées des campagnes qu’en ce moment.

 

Malheureusement, les productions paysannes ne rapportent pas assez.

 

Les familles coupent et vendent du bois, préparent du charbon de bois, essentiellement pour payer l’école des enfants, les fournitures et les uniformes.

 

Il faut donc vraiment changer les sources de revenus, augmenter les ressources dans les villages.

Et Haïti pourra remplumer ses mornes. 

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche