Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 23:28

15 mars 2011. La Photographe.

 

DSC08410.JPG

 

 


 

Haïti est une scène en perpétuel mouvement.

Un photographe qui viendrait ici  une semaine pourrait se croire à l’étroit dans un si petit village d’une si petite partie d’île.

Enfin, il pourrait penser ça avant de venir.

 

Les photo-reporters, avec leur matériel qui pèse des tonnes ont besoin d’espaces, d’horizon dégagés, de grandes ouvertures.

 

Venir à Lamontagne pour mettre en boîte un projet de maisons toutes pareilles dans un village lointain victime d’un séisme, avant de venir, ça doit sonner comme une punition.

 

Laurence est venue pour capter et montrer ce travail que nous faisons avec les paysans.

 

J’imagine ce qui se passait dans sa tête avant de quitter Paris ; ça pouvait être  : « des photos, là-bas ? Mais y a rien… Et puis c’est dangereux, ces séismes, ces cyclones, ce choléra… 

Les bêtes, la saleté, la poussière.

Tout ça va faire misérabiliste, non ? 

Photographier la misère et la faim… bof. »

 

Elle a dû venir debout sur les freins.

 

Et elle est arrivée. Haïti, Port au Prince le soir, Jacmel, la nuit.

Je suis sûr aussi que la première nuit a dû la conforter dans sa position.

Imaginez, un photographe qui traverse, pour la première fois un pays la nuit. Totale frustration.

Elle a bien essayé des scènes nocturnes, le premier soir en sortant de l’avion ; ouverture maximum. Ajouter de l’Iso, pousser sur la saturation.

 

J’essayais bien d’expliquer. Ici un quartier chaud, ici la mer, ici les montagnes pelées… Mais la nuit, tout est pareil. Tout est noir.

 

Je suis certain que la photographe a été déçue du premier abord : extérieur, nuit.

 

Et le lendemain, fi des décalages et des heures de vol, le matin éclate, la lumière explose, les images feud’artificent.

 

Le Canon commence à chauffer. Kalachnikov.

 

Haïti est une torture pour le photographe. Et ses voisins. « Schlasch, schlasch…. »

 

Tu cadres une image, tu fixes une scène et, en même temps, mille autres choses ont échappé à ton déclic.

 

Il faudrait avoir des objectifs multiples, des cellules à la place des yeux, des capteurs multidirectionnels.

 

Haïti est un paysage ultraphotogénique.

Tout y est beau. Même- j’entends déjà les commentaires- la misère sale et noire des faubourgs de Port au Prince.

 

On y trouve toujours ce qui éclaire le moment.

 

La fille sublime aux souliers vernis du blog d’Herman (voir liens : Débris d’Haïti), la fleur qui pousse dans la gouttière percée, le diamant dans la boue.

 

Photographe ici, c’est une punition, une calamité, une frustration permanente. Quand tu prends une photo, tu pourrais en faire dix.

 

Des milliers d’images faites. Pour des millions d’images qui restent à faire.

 

Mais, elle a aimé, je crois, Laurence.

 

Elle a vu la vie qui explose de partout.
Le regard des enfants. Cette fabuleuse beauté des enfants.

 

Elle a vu l’âpreté, l’aride de ces vies. Et l’explosion de vitalité, partout.

 

Elle a capté les mouvements, les visages, les couleurs.

 

« Schlasch, schlasch…. »

 

Vendredi , de Jacmel à Lamontagne : Quatre heures.

Parce qu’à chaque mètre, à chaque virage, à chaque endroit une image se présentait.

 

Les gens, la mer, la terre,  les arbres, les femmes…

 

Des gigas et des tétras de pixels empilés. Des films, des tableaux…

 

Moi je suis sûr que Laurence, en rentrant, aura une tendinite du doigt qui déclenche. Trop à voir, trop à faire voir.

Mais elle aura aimé Haïti.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

durca 16/03/2011 20:00


Laurence se passionne, et quand elle rencontre la passion, elle s'enflamme. Ces photos reflètent les femmes, les enfants, les hommes qu'elles croisent. J'imagine qu'elle reviendra bouleversée,
frappée par le courage et la beauté de ce pays.


planete-haiti 16/03/2011 20:52



Oui, je crois que c'est fait.



Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche