Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 16:49

 

8 avril.  ENCHANTEUR.

 P1000203.JPG

Il fallait qu’ils le fassent.

J’y avais pensé aussi.

L’article de base, où on explique qu’Haïti est un pays bizarre où on porte au pinacle un chanteur de variétés.

Un parallèle facile où on reparlerait de Reagan, Coluche, et les autres amuseurs entrés en politique.

 

Et, doctement, on annonce qu’un président-chanteur ne pourra pas gérer ce pays.

 

Et si c’était un coup de chance, un clin d’œil, une bonne idée ?

 

Plusieurs solutions étaient envisageables, comme on le lit dans les histoires politiques :

 

un nouveau  président porteur d’espoir, auteur d’un raz de marée annonçant un changement profond, salué par le monde entier et acclamé par la foule. Il y a des exemples, et on voit le résultat. Le président providentiel, Aristide, ici, Obama, ailleurs. Où sont les changements, les rêves annoncés, le progrès vers un monde plus humain ?  Pschitttt… Une baudruche de belle allure, mais qui s’est dégonflée. Et le monde est pareil, après.

Un nouveau président super-pro de la politique. Un spécialiste de tout ayant réponse à tout. Le super sachant. Renard/requin. Animal politique, ami de journalistes potiches. Et on s’aperçoit vite que rien ne change. Le chômage, le désespoir, l’absence de sens. La haine en programme. Même les chansons de sa femme transpirent l’ennui.

Un président  chef d’appareil, où les amis se partagent les postes. La continuité, qui rime avec complicité. Si tu fais ci, je te fais ça. Magouilles et tripotages. Ne pas lâcher les postes. Le récurrent ici. Tant d’années que ça dure.

 

Et là, bizarrement, voilà une lueur d’espoir. Un président chanteur. La la lère…

 

A t’il été élu seulement par les bulletins des urnes ? Le cinéma-suspens autour du résultat fait douter.

Et s’il y avait téléguidage ?

Et s’il y avait bricolage, encore ?

 

Mais ce résultat accueilli avec bonheur est peut être un signe de maturité. De soulagement, en tous cas.

 

Voilà un président qui assume son non-professionnalisme.

Il serait dans son rôle : le président en première ligne, qui attire les lumières, brûle les planches et épuise les journalistes, fixe les horizons.

Le Président serait le diplomate, chef d’orchestre.

Et se sachant amateur dans les arcanes de la chose publique, il s’entourerait d’une équipe de bons équipiers.

Contrairement à ce qu’on dit, il y a des très bons techniciens, en Haïti. Ceux qui sont là, ceux qui sont revenus pour travailler pour leur pays après le 12 janvier, ceux qui croient à autre chose que leur per-diem. Qui connaissent les atouts de ce pays. Et veulent enfin les éveiller.

Ils ne sont pas visibles, pas en première ligne. Mais travaillent, ou ont envie de travailler.

Ils se révoltent et luttent contre l’indiscipline, la corruption, la paresse. Bougent les limites.

J’en rencontre tous les jours.

Ils n’avaient pas cette couleur rose, symbole du candidat Martelly. Juste cette vraie envie de changement qu’au final il a portée.

Mais la couleur, aujourd’hui, n’importe pas.

Ce qui compte, pour eux,  c’est l’avenir de ce peuple, de ce pays enchanteur.

 

Cela ressemble à un élan, une sérénité, une envie d’avancer et de prendre en mains les destinées de leur avenir.

 

Il y a déjà des équipes qui se forment, se retroussent les manches. Des signes positifs.

Un miracle se produirait-il ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche