Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 21:21

11 Septembre 2010 – CHRISTOPHE COLOMB et L’AMERIQUE.

 


Le 11 septembre, je pense, comme tout le monde, à l’Amérique.

 

Je me souviens de ces incroyables images vues sur la télé du concierge des Oliviers de Fabron, juste avant la réunion. Et mon silence effaré.

Une tour, puis deux. Des avions qui s’écrasent. Des gens qui sautent dans le vide.

Trois mille morts.

 

Et en plus, j’adorais ces tours.

 

Pour plusieurs raisons.

 

La découverte de New York, de là haut, en 1983.

La visite avec les filles, en 2000.

 

L’étonnement d’être si haut, si vite. Tous ces étages. Et au loin, tout en bas, Manhattan. La finesse de cette construction. Un défi.

 

Et s’y ajoute l’histoire du funambule (Philippe PETIT) qui tend son fil entre les tours, le  7 août 1974. Traverse le vide. Les passants, en bas, attendent qu’il tombe.

 

Une certaine envie de revoir l’Amérique. New York et cette beauté minérale. Chrysler  Building, Central Park, Times Square, le Moma. Et même  Brooklin,

 

Mais je me dis que l’Amérique est si proche.

 

La culture, le langage, les échanges des diasporas.  Tout nous rapproche de l’Amérique. Quand je dis nous, je veux dire Haïti. Miami est la banlieue de Miragoane.

Hier sous la pluie, j’ai croisé un camion de matelas usagés. Direct sorti du bateau.

Des haïtiens vont dormir sur des King Size de deuxième main.

 

 

Et j’ai pensé  que c’est un retour d’histoire.

 

Le 9 décembre 1492, Christophe Colomb  « découvre » l’Amérique. Un dimanche et il pleuvait.

Il était parti sur la route des épices menant vers l’Inde. Enfin, on me dit qu’il cherchait en fait Cipango, au Japon. A moins que ce ne soit le 6 décembre.

 

Il s’est trompé sur tout.

 

Ni les Indes,  ni l’Amérique.

 

Mais le Nord Ouest d’Haïti. Et en plus, il échoue son bateau, la Santa Maria.

 

J’imagine Michel Desjoyeaux planter son nouveau voilier Foncia sur les rochers du Môle Saint Nicolas.

 

Mais Christophe Colomb, héros parmi les héros, célébré partout au point même qu’il y avait, il y a longtemps, une statue de lui à Port au Prince, ne s’avoue pas vaincu.

 

Il rebaptise le pays qui s’appelait Ayiti en Isla Espanola, tellement ça lui rappelle la Castille, fait construire un fort, «  La Nativité », avec les restes du bateau, laisse une partie de son équipage et rentre chez lui chercher un autre bateau. La Route du Rhum à l’envers.

 

Implantation, conquête, religion… destruction. Ça ne vous rappelle rien, en ce 11 septembre ?

 

Bref quand il revient, plus d’équipage, plus de « Nativité ». Les marins ont tenté d’envahir la région appelée le  caciquat de Magua. ( Je lis  celui de Marien, ailleurs… Imprécisions.)

Ils pensaient que les autochtones, sympathiques et accueillants au départ, se laisseraient plumer. Normal, pour des «  Indiens ».

 

Les habitants de l’époque étaient les Tainos, issus des Arawacks arrivés depuis un bon moment dans l’île. Si j’ai bien compris, ils venaient d’ailleurs du continent américain. Installés là depuis plus d’un millier d’années. Leur langage a laissé quelques traces : Hamac, tabac, barbecue… C’est dire s’ils étaient cools.

 

Les gars de la Nativité se sont quand même  fait massacrer par Caonabo, mari de la fameuse Anacaona.  Tout le monde pense qu’elle était belle, Anacaona. C’est presque sûr, avec un nom pareil.

 

 

Christophe revient. Plus d’hommes, plus de fort, plus rien. Il pique une crise : «  Caramba !! » avec son accent génois.

Un chef militaire en colère, ça donne une guerre (à l’époque), ou le terrorisme ( aujourd’hui).

 

Caonabo (le mari, enfin le cacique) est enlevé, les Espagnols s’installent se dispersent, trouvent de l’or, (aujourd’hui, on chercherait du pétrole), font fructifier leur petit pactole, usent les gentils Indiens Tainos à la tâche.

 

Selon Borah et Cook, chercheurs Californiens, il y avait 8 millions de Taïnos en décembre 1492.  Enorme ! Mais estimatif.  Un autre chercheur bien connu, Frank Moya Pons a estimé la population de l’époque à 370 000 habitants. Un autre appelé Zuazo calculait, en 1517 une population d’un peu plus d’un million.  (1,130 Millions)

 

Difficile de fixer le chiffre, mais l’important n’est presque pas là.

 

 

Christophe Colomb et ses amis ont mis tout le monde d’accord.

 

A force de batailles, de travail et de maladies importées, il ne restait, cinquante ans plus tard, que 200 Tainos.  Deux fois cent.

On appelle ça, aujourd’hui, un génocide.

 

Un peuple paisible, ne connaissant pas la propriété, pratiquant une culture égalitaire, rayé de la carte en quelques décennies.

 

Tout ça pour dire quoi ?

 

Que le grand terroriste qui a fait  tuer de façon effroyable trois mille personnes dans les tours jumelles, que même le séisme de janvier et ses 300 000 morts estimés, n’ont pas eu la puissance destructrice de Christophe Colomb, ses frères, et ses soldats.

 

Il faut donc cesser de dire qu’il était un héros.

 

Et savoir que ce massacre fulgurant des indiens Tainos a conduit à la mise en place d’un système pervers conduisant les esclaves venus d’Afrique à remplacer les indiens dans les champs et dans les mines.

 

Au moins jusqu’en 1804, date de l’indépendance d’Haïti.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 30/06/2012 13:25

(fermaton.over-blog.com),No-21, THÉORÈME COLOMBUS. - Colomb et les mathématiques.

Pauline 15/09/2010 20:59


Enfin, Cricri, il y est pour pas grand chose dans tout ça, ca lui est tombé dessus un peu par hasard... Faudrait blâmer pultôt la religion, la soif de l'or, la bêtise humaine, que des trucs encore
très actuels finalement...


planete-haiti 16/09/2010 04:53



Tu as perçu, dans mon texte, mes allusions à peine cachées au monde actuel, à des gens avides de pouvoir, des religions totalitaires. Tu as raison, à la bétise humaine.



Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche