Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 20:41

27 NOVEMBRE 2011. Palette et chevalet.

DSC02850.JPG 

Juste à la fin de la nuit, je me suis assis sur un tabouret pliant imaginaire, devant un chevalet fantôme, utilisant une palette invisible et des pinceaux irréels.

 

En fait j’ai juste regardé le tableau se faire tout seul. Et moi, cool, j’ai juste signé la toile.

 

 

Au commencement, était le noir. Total, profond.

Le sombre dans tout le tableau. Arrière plan d’ébène. Ténèbres, noir de Mars dense et mat.

 

Deux ou trois étoiles, qui finissent leur nuit.  Et s'éteignent.

 

La première trace de lumière est celle de l’horizon.

Par touches lentes et régulières, une sorte de gris graphite commence à paraître. Puis vire au gris clair sur l’ensemble. Envahit l’espace.

 

S’ajoute un peu de blanc, à peine. Une touche de blanc. Une nuance qui évolue.

 

Le rose s’étale ensuite, juste à la lisière d’une barre sombre et rectiligne. L’horizon se marque.

 

Après quelques minutes, les arbres sortent du noir. Masse sombre encore, mais qui commence à être distincte. On reconnaît un ou deux palmiers, des esquisses initiales.

 

Le rose tire peu à peu vers l’orange corail clair.

 

Plus bas, un peu de lumière plus claire, mouvante, et comme phosphorescente.

Perle iridescent est l’exacte teinte.

Un trait devient ocre, puis jaune indien . Irrégulier et tumultueux.

 

Voilà ce que cela donne, juste à ce moment là, de bas en haut ( mais cela ne dure que peu de temps )  : une ligne fine d’ocre jaune, une grande tâche de bleu outremer clair, tirant vers le bleu Caribe, turquoise foncé, une ligne très sombre, presque indigo, une plaque  mauve, pourpre et magenta clair, puis, en remontant, une trace cyan et bleu azur clair, éclats de blanc. Sur le côté, à droite, une masse de feuillages,  vert de cobalt foncé.

 

Les minutes passent et tout change encore : le jaune brillant s’ajoute par touches multiples, le rouge rubis et le vermillon effacent le rose et disparaissent sous des couches de bleu faïence et de bleu de cobalt, le vert des palmiers passe à l’émeraude, la crête des vagues est maintenant immaculée, la terre et le sable mêlent un ocre d’or à l’orange de quinacridone.

 

Ne subsistent au final que les  bleus d’outremer vifs, le turquoise, l’ocre et le jaune de chrome.

Eclats de couleurs fortes et de teintes « qui en ont. »

 

Un bois fouillé passe au milieu du bleu, un pêcheur traverse l’image.

 

DSC01254.JPG

 

Le matin s’est levé sur Port Salut quand je signe le tableau, en bas, à droite.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

Brigitte 23/12/2011 14:21

c'est très beau et émouvant, merci

planete-haiti 24/12/2011 23:30



Merci pour ce gentil commentaire



goni JJ 20/12/2011 18:02

manifique Philippe
biz
jj
bonnes fêtes de noël

planete-haiti 24/12/2011 23:30



Merci Jean Jacques.


Bon Noel à toi et Isabelle et vos proches



gisele 28/11/2011 07:23

Tableau en direct, mots du peintre et du conteur, une belle photographie littéraire, ne manque plus que les sons de cette aube naissante

planete-haiti 29/11/2011 04:25



Merci, Gis.



Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche