Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 20:47

B, comme bruit

4 février 2014

P1030105.JPG 

Le bruit, à Jacmel, c'est permanent. Comme sans doute partout ailleurs en Haïti.

 

Cela commence tôt. Et semble ne jamais cesser.

Cacophonie, "kakofoni, eskandal, lobey", on s'aperçoit vite que le silence est une richesse inconnue, oubliée.

On me dit que cela a commencé il y a longtemps, par le bruit du lambi et des tambours.

 

Et tout concourt à en rajouter.  

Comme dernières nouveautés, et ils sont d'ailleurs souvent à la tête des progrès négatifs et du rabaissement du niveau, les motos.

En gros, la mode actuelle, c'est circuler avec le pot d'échappement démonté et faire hurler le klaxon multitons. Sans doute pour réveiller la ville.

 

Parfois, on se demande si on se trouve à New York un jour de manifestation des pompiers, toutes sirènes dehors. Ah, non, ce n'est qu'un moto taxi.

 

Mais ils ne sont pas seuls adeptes du décibel.

 

Pourquoi l'urbain local aime t'il le bruit à ce point ?

 

Quand on circule autrement que dans une auto climatisée, vitres teintées "pafimen"

(pour vitres fumées ), par exemple quand on marche à pied dans les rues de la ville, déjà, on se fait klaxonner chaque 30 mètres par les motos taxi en quête de course. Et on passe d'un mur de sono à un autre mur de sono. D'un loto sursonorisé à un marchand de produits usés ailleurs, troisième ou quatrième main, caché derrière ses baffles, qui pensent que la vente monte avec le son.

 

D'où vient cette nécessité impérative du bruit permanent ?

Des cris, des paroles fortes, des musiques intempestives, des claquements, chocs, raclements, résonnances, vacarme, explosions sonores ...

 

Je ne parle pas de la musique, ce serait déplacé. Innoportun.

Tu viens vivre aux Antilles, blanc. Accepte la musique jusqu'à point d'heure.

Vibre avec les basses, en même temps que le sol.

Respecte les répétitions des bandes à pieds, assume les camions des DJ.

 

Mais le reste, les bruits multiples des crétins qui veulent montrer qu'ils existent en ajoutant au chaos, est ce vraiment nécessaire? Comme s'il n'y avait pas suffisamment de stress sans cela.

 

Le bruit est la marque des vivants, sans doute. Pas des morts, plongés dans l'éternel silence.

Et encore, me dit-on, ce n'est pas certain : certains morts, sous une forme ou sous une autre, font aussi un  barouf d'enfer.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

goni 24/02/2014 13:06

coucou Philippe,

je présume que c'est toujours toi l'excellent auteur de ces chroniques
je parlais justement de toi ce wk avec Luc de Nice et me demandais ce que tu devenais
tu sembles t’être installé pour un bon moment
je travaille sur Aix en Provence maintenant
je suis vraiment très content de t'avoir retrouvé
bon courage
amicalement
JJ

planete-haiti 28/02/2014 02:11


Je n'"ai pas bougé, JJ. Content de voir que tu es à Aix, ton pays de coeur Envoies moi des nouvelles détaillées sur mon mail...Bonsoir à tous Philippe


Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche