Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 00:11

2591  + 40 . 23/24 décembre 2010

 P1040593.JPG

Quand j’ai écrit un petit texte sur les chiffres et les nombres, il y a quelques semaines, je ne pensais pas y revenir.

Mais  un nombre me donne le vertige : 40.

 

 

Et la fin d’année est toujours une période de bilans et de clôtures.

 

On aligne les données, les objectifs, les réalisations.

 

On dénombre, on additionne, on accumule.

 

On aura bientôt des tableaux remplis de chiffres pour résumer cette année calamiteuse.

 

2010, c'était quoi ?  C'était tant.

 

Cela commence par un degré 7, un soir à 16h53.

 

Puis on ajoute, on soustrait, on évalue, et tout tourne autour de ça.

 

Séisme : des mille et des mille.

 

Ouragan : on nous en promettait 23. Violents et destructeurs. On a  vu la queue d’un. Violent.

 

Elections : là les chiffres sont flous, virevoltent au gré des remplissages, des lectures et des transcriptions des procès verbaux. Un 22 devient 122. Un 34 devient 134. On en arrive, au final à dénombrer plus de voix que de votants. On va recompter quoi ?

 

J’ai une liste à disposition, pour qui la souhaite : nombre d’habitants, de déplacés, de personnes vivant encore sous une tente, de M3 de gravats, d’écoliers privés d’école, de personnes vivant sous le seuil de pauvreté…

 

Mais le chiffre terrible, c’est 40.

Il se passe ici une incroyable chose.

 

Et le 40 grossit, chaque jour.

 

Pour être plus clair, il y aurait, à ce jour, 2591 morts du choléra. Terrible épidémie aux relents d’importation lointaine.  Très lointaine.

 Un truc qu’on attrape tellement facilement, et qu’on peut soigner, si on s’en occupe à temps.

Pour ne pas en mourir, il suffit d’être proche d’un centre de soin, et que celui-ci s’occupe de vous.

Le pourcentage de la population qui n’est pas dans ce cas est énorme. Donc mieux vaut ne pas l’attraper.

 

Mais les 40 sont également morts du choléra, ou plutôt à cause du choléra: un bruit, une rumeur, une folie collective qui circule dans le Sud, notamment, fait porter la responsabilité de l’épidémie aux représentants de la religion vodoue.

 

Les prêtres ( hougans) , les prêtresses ( mambo),  sont accusés de semer la maladie au moyen de poudres maléfiques.

Ils sont, de ce fait, pourchassés, lapidés et lynchés en pleine rue, découpés à la machette…

 

40 morts, déjà.

 

Le vodou est un élément structurant de la vie Haïtienne, craint, respecté, nié et suivi.

 Et rien n’y fait.

Les campagnes d’informations, les explications, la présentation de cette maladie, de ses modes de développement, les moyens mis en œuvre…

 

Les lynchages se poursuivent.

 

Les vodouisants déclarés sont pourchassés à chaque événement grave. Ils servent régulièrement de boucs émissaires.

 

Une illustration de la fragilité des logiques, de la faiblesse de l'enseignement. Quand tout le monde sait d'où vient ce choléra, et comment il se propage.

 

Le vodou peut imprégner la culture de ce pays, modeler les esprits. Il pourrait avoir un effet positif.

 

Mais s’en servir comme repoussoir a sans doute une utilité stratégique pour certains.

 

40 représentants d’un culte enraciné accusés  de semer une poudre de mort. Décanillés par une foule guidée ( téléguidée ?) par une furie déplacée.

 

Et je me pose une question idiote : pourquoi ils ne s’en prennent pas aux sectes multiples, aux multinationales religieuses répandant leurs croyances  importées, aux tenanciers de temples ou d’églises qui comptent les fidèles comme on compte les clients.

Comment peut-on croire  à ces bonimenteurs patentés qui haranguent leurs fidèles chaque samedi ou chaque dimanche, en promettant un monde meilleur ?

Puis qui rentrent chez eux pour compter la recette.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche