Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 21:37

13 Octobre 2013 - Exotismes.

 P1050825.JPG

Comme dit Laurène dans son joli texte,

EXOTISME.

Ce doux mot, à la simple évocation,  fait voyager le rêveur sur une plage de sable fin  bordée de cocotiers, sentir les effluves de citron vert et de poisson grillé, et entendre au loin des rythmes de percussions endiablées...

 ( Cliquer sur le link )

link 

Oui, c'est exactement ça.

Et c'est ce qui prend quand on arrive dans un pays du bout du monde.

Des gens différents, des rythmes, des odeurs, des fruits et des fleurs inhabituels.

Un mode d'existence où la différence est finalement agréable à vivre. Parce qu'elle est juste différente. Et que les jalons, les points de repère ont disparu.

Et des gens, aussi.

On ne vit pas pareil, on mène une autre existence, remplie de nouvelles choses, des quotidiens bouleversés par toutes ces nouveautés.

Et on adore ou on déteste.

 

Tout est merveille, car la norme a changé.

 

En gros, tu quittes Orly Sud, un matin frais. Tu traverses des espaces nickel-chrome, bois et moquette, où la technologie est reine, jusque dans le moindre détail - la soufflerie de l'essuie-main des toilettes - et tu arrives à Port au Prince en 2010, dans le chaos total.

 

Tout te surprend, tout te bouscule. Tout est étrange et tu regardes, écoutes, sens, tout ce qui est autour.

 

Il y aura la mer, les senteurs du citron, les rythmes des tambours. Les mangues, à la place des pommes.

 

La couleur, la nouveauté.

 

Et peu à peu, les mois passant, puis les années, l'anormal permanent, l'extraordinairement inattendu , l'exotisme devient le quotidien et les perceptions s'inversent.

 

C'est une sorte de retournement.

Le bout du monde n'est plus ici. C'est là-bas, d'où on vient.

 

L'anormal d'avant devient la routine. Et ne bouscule plus. Au point qu'il faut y revenir en arrière et réfléchir à ce normal/anormal.

 

Cela se niche dans toutes les minutes d'une journée, dans toutes les actions, même les plus simples.

 

Et le pire, c'est quand le normal d'ici se transforme en bizarrerie : une mangue boursouflée, par exemple.

 

Cela revient à cette histoire de café, dans l'article précédant. Et c'est à cela que je vais consacrer les prochains textes.

 

Pour commencer, à venir : ( j'ai piqué le truc du suspens style télénovelha à Laurène): Un verre d'eau fraîche.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche