Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 06:16

 

 

30 JUIN 2017

 

Bonsoir. J'ai pris une grande décision, en ce soir d'orage violent.

Réviser ma liste d'amis sur FB.  Et mon fonctionnement sur ce réseau social que j'utilise presque exclusivement comme lien et comme tribune.

 

153, au démarrage.  C'est énorme, non ? Je veux dire, des amis.

 

Je changerai d'autres techniques sous peu, d'ailleurs.

 

L'orage dehors est d'anthologie. On en est à moins de 4 secondes entre l'éclair et le tonnerre. Donc il approche.

La pluie tombe en trombes, et se déverse en épais rideau depuis le toit de tôles.

 

 

Il va y avoir encore des tonnes d'ordures dans les rues, demain matin. Le service céleste de ramassage des fatras. De toutes façons, ils auraient fini à la mer. Avant de revenir se déposer sur la plage.

 

Terré sous la table, toutes portes fermées, je me suis dit qu'il fallait m'occuper l'esprit.

 

L'orage n'est pas mon ami. Et c'est ainsi depuis des décennies.

 

J'ai eu quelques occasions de tester la foudre de près, explosion  de feu qui s'écrase à quelques mètres, entre Ti Carénage un soir de folie climatique, et Bonifacio, un jour de visite professionnelle.

Quand ça claque à deux pas, on en reste marqué à vie.

 

J'ai donc pris ma liste "d'amis", avec l'idée de retirer les quelques uns qui ne m'avaient pas envoyé de vrai message personnel, style : " comment vas tu, mon ami de longue date?".  Et d'autres critères non fixes.

 

Là, c'est 2 secondes, entre l'éclair et le tonnerre,  et les portes tremblent.

 

Ou ceux qui m'envoient uniquement des messages de conseil, sur le bonheur, la digestion, la médecine par les plantes...

Ou ne font que commenter les commentaires des autres. Parfois violemment, pour des broutilles.

 

Il faudrait que j'en ajoute un peu aussi, demandeurs de longue date.

 

Je garderai, quoiqu'il arrive, les deux qui aiment mes posts avant, ou pendant que je les envoie.

 

La rue va ressembler à Venise. Je n'ai jamais vu autant d'eau en juin.

 

 

 

 

Je suis obligé de suspendre mon travail de nettoyage  d'amitiés en direct: internet est out, comme souvent. Et pas de courant, comme d'habitude. Cela me laissera le temps de relire.

 

 

L'orage semble s'être calmé, même si les toitures déversent encore leurs millions de litres tombés en une heure.

 

Ma voisine espagnole s'en va. Elle a choisi son moment...

Elle quitte le pays pour l'Afrique. Le Sénégal, je crois.

Et ses amis qui avaient prévu une fête, je suppose, sont là, sous le reste de pluie, trempés, à regarder les passagers du  Land Cruiser partir en marche arrière vers un nouveau destin. Puis, dégoulinants, quand les phares ont disparu, se serrent très fort en pensant que les meilleurs s'en vont. Et que nous restons. Mais certains restent plus longtemps que d'autres.

 

 

Voilà, le calme est revenu. Les gouttières continueront leur travail toute la nuit.

 

Il m'en reste 107, pour le moment.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti, blog de Philippe PETIT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche