Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 20:39

Mercredi 1er Mars 2017 : Mercredi des cendres.

 

Le mercredi des cendres est, à Jacmel, la journée la plus bizarre de l'année.

D'abord, ce silence.

Les Dj ont remballé leurs sonos et les murs ne tremblent plus aux vibrations des basses survitaminées.

L'empilement des enceintes sur les chars a été rangé. Et la rue est à nouveau circulable.

 

Cette année, les basses ont donné.

Avec des musiques étranges et des textes réduits au minimum.

Comme les habits des filles: jeans à ras, et t-shirts en lambeaux.

Cette année, les DJ ont gagné, avec leur musiques informatisées et répétitives, avec leurs voix déformées par les machines. Si j'ai bien compris, c'est le "raboday", un son répétitif et violent.

 

La journée est bizarre de ce calme.

 

Il reste des odeurs de fritaille, des sachets d'eau vides qui éclatent sous les roues.

Mais les rues sont blanches. Désertes.

 

 

Presque tout est fermé. Sauf les églises, sans doute.

 

Quelques excités travaillent, des boss en retard, des livreurs de sable.

 

Les bandes à pied ne sortiront plus.

Elles nous ont fait courir, depuis des semaines, au moindre son de tambour, de vaccine ou de trombone. On va devoir se contenter des rengaines d'Arly Larivière pendant des mois.

Toute la ville qui frétillait derrière les joueurs de musique. A chaque vibration. Au pas de course, chaloupé.

Dolphins, qui s'entrainait chaque soir depuis novembre, a rangé les instruments. Ouf.

Fresh Up, Limié Rara, Baguette Magique sont au repos.

Mes amis de Baguette ont fait un tabac, cette année.

 

Et mes autres amis de Fidel Trouba font un carton. Et commencent à être connus.

 

Les vendeurs de pacotille ont replié leurs étals, et sont rentrés chez eux. Avec beaucoup d'invendus.

La marchande de chapeaux et de maillots dort enfin chez elle, après plusieurs week ends sous la galerie de la grande maison du coin de la rue du Commerce et de la rue de la Liberté.

Existe-t'il, au fait, un autre endroit au monde où le Commerce et la Liberté se rejoingent ainsi?

Jacmel cuve. Jacmel mesure son carnaval et celui des autres.

 

Certains, comme pour s'excuser de trop de ripailles, vont à l'église aujourd'hui  pour les cendres.

Des trucs à se faire pardonner, sans doute.

Ou vont chez les prêcheurs évangélistes pour se faire engueuler d'avoir gaspillé leur argent qui aurait pu faire le bonheur des pasteurs. 

Je l'entends d'ici, le pasteur du coin, aves sa sono digne d'un carnaval, hurler que le diable était dans les rues. Et que tout cet argent dépensé en griots, trempés, gazeuses et fritailles,  aurait mieux fait de tomber dans ses poches. 

Le pasteur a sa Toyota Zo Requin  en panne et son inverter à changer.

Les chars sont rentrés, chez Joel et Jacky.

Ils resserviront l'an prochain.

Les rues, ce soir, sont évidemment dans le noir.

l'EDH n'a plus de carburant, sans doute. Comme tout les ans, le mercredi est en black out.

Et les motos sonorisées, à coup de "meringue" sont les seules lumières. Filantes.

Les masques, mascarades, madigras, juifs errants, sont au calme, stockés en masse jusqu'à l'an prochain. On leur repassera un coup de vernis, l'an prochain.

Finalement, voir un carnaval à Jacmel, c'est une découverte, une belle histoire. La première fois. En voir plusieurs, c'est comme regarder un film en boucle. Et c'est attendre, attendre.

Mais cette année, les journalistes et photographes ont été présents. 

Jacmel va débouler sur les télés et les réseaux. 

 

Aujourd'hui, mercredi, Jacmel dort.

Mais c'est normal.

 

Depuis plusieurs semaines, chaque fin de semaine, cela dure.

 

Les lansédkod (lanceurs de cordes), les machékaré (marché carré), les madigra ( mardi gras) tous ces groupes dans les rues. Ils sont rentrés chez eux, maintenant.

Mercredi, la tension, l'animation, la foule, les tenues étranges, le non conformisme... Tout cesse. Même les filles portent des tenus décentes.

Les pasteurs et curés reprennent la main.

Carême commence.

Mais la rue sent encore la fritaille, le trempé à la cannelle et le rhum importé.

Partager cet article

Repost 0
Published by planete-haiti
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog: PLANETE HAÏTI
  • : INDIQUER UNE ANNEE , DEPUIS 2010, DANS " RECHERCHER" pour retrouver les 154 articles publiés. "La vie à Jacmel, Haïti, après le séisme, les cyclones, le choléra, les élections et le reste."
  • Contact

Texte Libre

Recherche